Animes, Biblio de Coco, Boite à fourbi, Mangas/Animes/Jeux vidéos

Chronique Anime – Ikkitousen

Titre alternatif : Ikki Tousen
Pays : Japon Japon
Format : Série TV
Episodes : saison 1 : 13, saison 2 : 12 + 6 OAV, saison 3: 12 + 6 OAV, saison 4 : 12 + 6 OAV, + 3 OAV (en cours)
Diffusion  : en cours
Thèmes : Art martiaux, amitié
Genres : comédie, action, ecchi
Durée par épisode : 24 min
Studios : ARMS
Licencié en France : Oui (saison 1, 2 et 3)
Editeurs : Kaze

Résumé

Dans la région du Kanto, au Japon, les élèves des sept écoles se font la guerre suivant un système d’alliances et de trahison dans le but de conquérir plus de pouvoir et plus de territoires. Chaque élève qui se bat pour une école est nommé « Toushi » et porte une étrange pierre à la forme d’une moitié de ying-yang sur l’oreille gauche nommée « magatama » (ou perle sacrée) qui renferme l’âme d’un personnage historique de l’ère Sangokushi, le destin de chaque combattant est régi par le destin de l’âme contenue dans son magatama. Le but révélé de chaque personnage est de vaincre son destin, de le modifier. Hakufu Sonsaku, une jeune fille bien proportionnée, qui adore se battre et qui est stupide à souhait, arrive pour la première fois au Japon où elle va vivre et aller à la même école que son cousin Kōkin Shūyu. Elle fait une entrée remarquée dès le premier jour en battant à plate couture plusieurs combattants de l’école. Une rumeur se met alors à circuler ; elle serait la réincarnation du Toushi le plus puissant qui ait marqué l’histoire il y a 1800 ans…

Mon avis :

Après une chronique un peu hard, une chronique plus légère sur un anime que je kiffe beaucoup. Au menu, baston, gros, très gros, même énormes seins et petites culottes à gogo. Du fanservice, du fanservice et encore du fanservice. Donc, on peut dire et résumer Ikkitousen à une intrigue des plus sommaires avec un fond historique un peu foireux (la réincarnation en jeunes fille sexy avec des gros seins, des personnages réels des Trois Royaumes – pour plus d’infos, Wikipédia est mon ami!), et surtout plein de prétextes pour que ces mêmes jolies filles se bastonnent avec force de coups spéciaux (nous rappelant des jeux vidéos comme les Tekken ou Dead or Alive) et se retrouver presque à poil..

Si la première saison a voulu respecter le style graphique du mangaka à l’origine d’Ikkitousen, les saisons suivantes retrouvent un chara-design plus classique dans l’animation jap mais aussi et largement plus soigné que le style de base.

Si les saisons 2 et 3 se servaient de prétextes divers (recherche d’un globe magique contenant la force du dragon dans la 2 et la résurection de Ryofu dans la 3) pour mettre en scène des bastons avec des choses assez légères, comme l’épisode du pique nique ou celui à la plage (bien que la fin de la saison 3 est assez triste avec la mort de l’amie de Mou-chan), la saison 4, Xtrem Xecutor, est nettement plus sombre que les précédentes, avec une mise à l’épreuve de l’amitié qui lie malgré tout les combattantes entre elles et surtout une lutte ingagnable contre le destin qui veut que, malgré les réincarnations, les combattants ne cesseront jamais leur lutte pour le pouvoir.

Les nouveaux OAVs, Extravaganza Epoch, semblent assez prometteurs bien que le combat de Kanu était un peu long, comparativement à la plupart des combats habituels. L’idée de voler les pierres des combattants est assez intrigant, vu que chaque pierre est normalement personnelle, donc, normalement non utilisable par une autre personne que son possesseur. Certains personnages, me semble t-il, sont issus de l’un des jeux vidéos créés pour l’occasion.

D’une manière globale, Ikkitousen reste un anime assez agréable à regarder (si on est pas trop tatillon sur les intrigues et qu’on éprouve pas une allergie totale au fanservice totalement assumé. Vous voulez des filles à gros seins? Voila, vous en avez!), les bastons sont très bien animées et les personnages féminins sont, pour l’ensemble, vraiment très beaux, Kanu est très belle mais ma préférée reste Shiryu, celle qui utilise un katana pour se battre. Il y a pas mal d’humour, la stupidité permanente de Hakufu est prétexte à pas mal de gags et est un personnage rafraîchissant dans un univers au fond, plutôt violent.

Bref, Ikkitousen qui se laisse voir et s’apprécier comme un honnête anime de combat.

Animes, Biblio de Coco, Boite à fourbi, Mangas/Animes/Jeux vidéos

Chronique Anime – GirlFriend Beta

Titre alternatif : GF BETA / Girlfriend (Kari)
Titre original : Girl Friend KARI / ガールフレンド(仮)
Pays : Japon Japon
Format : Série TV
Episodes : 12
Diffusion terminée : du 12/10/2014 au 28/12/2014
Thèmes : Ecole – Harem – Quotidien
Genres : Romance – School Life – Slice of Life
Durée par épisode : 24 min
Studios : SILVER LINK
Licencié en France : Oui
Editeurs : Crunchyroll.fr (Simulcast / Streaming) – Viewster (Simulcast / Streaming)

Résumé

La vie de plusieurs lycéennes et de l’évolution de leurs relations à travers une partie de l’année scolaire. Divers évènements ponctuent les épisodes comme le festival culturel, l’élection de la reine du lycée ou même Noël.

Mon avis :

Adapté du jeu vidéo du même nom sur smartphone (donc, pour le moment, impossible à avoir en France… bouh!!!), GirlFriend Beta est d’abord et avant tout un slice of life (tranche de vie), autant dire que le scénario tient sur un confetti. Ne cherchez pas à avoir une intrigue ou des questions existentielles à la Cronenberg. Ce n’est pas le but. Et pourtant, malgré une histoire des plus simples et simplistes,  c’est un anime qui m’a accroché les 12 épisodes que j’ai visionné d’une traite.

Tout d’abord, les graphismes et le chara-design sont particulièrement soignés, avec des personnages féminins tous très caractéristiques, bien que très orientés fan-services (toutes les filles ou presque ont une poitrine énorme et sont (attention à l’accent) kawaiiiiiiiii!!!). Il y a pas mal d’humour, notamment l’étudiante française Chloé qui comprend tout de travers, donnant lieu à quelques échanges bien marrants. Les couleurs sont très fraîches.

L’histoire est plutôt simple mais cet anime possède le petit quelque chose qui accroche. Je dirai même : »pourquoi 12 épisodes seulement? J’en veux plus! ». Peut être le côté fan-service totalement assumé et surtout, c’est un anime qui nous permet de passer simplement un bon moment et nous ferait dire : « ah! Si mes années lycées avaient été pareilles! ».

Chaque épisode se concentre sur quelques personnages en particulier avec une redondance de Kokomi, la star de la gym, Akane, l’animatrice radio, Fumio, la petite bibliothécaire, Erena, la photographe excentrique et bien sûr, notre indéboulonable Chloé dont la seyu a visiblement fait l’effort de parler un peu en français (qui se résume le plus souvent à des oui, non ou très bien!) et dont l’accent est absolument irrésistible. Mais les personnages secondaires ne sont pourtant pas oubliés. Comment ne pas citer la présidente des délégués ou Sagahara qui fait battre le coeur de Kokomi? Petit coup de coeur personnel pour Mahiro Natsume, la petite romancière de space opera.

Bref, un anime très sympa et sans prétention, si ce n’est vous faire passer quelques heures de détente, pas prise de tête pou un sou.